La Haica est une instance illégale, dénonce Yamina Zoghlami    On ne peut pas rester les bras croisés devant le bombardement de Tripoli, déclare le ministre algérien    Ligue des Champions d'Afrique : WAC-Mamelodi Sundowns, une rivalité qui s'intensifie    Coupe de la CAF (1/2 finale aller) : 30.000 supporters du Zamalek autorisés face à l'Etoile du Sahel    Festival de Cinéma Africain de Tarifa-Tanger 2019: 4 films tunisiens en lice dans la compétition officielle    Mehdi Jomaa attire Faouzi Elloumi dans le camp de son parti Al Badil Ettounsi – Une recrue qui a son pesant d'or    Gourmandise X Fatma Kannou : L'édition limitée qui buzz !    Pas de hausse des tarifs de l'eau potable, selon la SONEDE    La BIAT dévoile son nouveau logo et sa nouvelle signature    OPPO élu le constructeur à plus forte croissance sur le segment des Smartphones haut de gamme    Les chefs d'entreprises pensent que la situation économique va continuer sa dégringolade, D'après Ernest & Young    Tunisie: Limogeage d'un imam pour avoir incité à la haine contre les sécuritaires    Tunisie: Bonne nouvelle pour les étudiants se rendant en Grande Bretagne    Google veut transformer la Tunisie en un hub d'Intelligence artificielle    Tunisie: Nabil Karoui persistera à s'ingérer dans la politique et les affaires publiques du pays    Le groupe de metal Tunisien CARTHAGODS démarre sa tournée mondiale le 27 avril à l'Etoile du Nord    Tunisie: Succès d'une première greffe de cœur à l'hôpital La Rabta    En vidéo : La BNA présente ses réalisations    3 médailles d'or pour la Tunisie au Meeting Handisport Marrakech    Tunisie: Le sénateur Jean-Pierre Sueur oeuvre pour atteindre 1 million de touristes français    Lancement du premier centre pilote spécialisé dans l'innovation numérique en Afrique et au Moyen Orient    Programme TV du vendredi 26 avril    Tunisie – Météo : Températures entre 23 et 28°C    Tunisie: Un dirigeant d'Ennahdha pour l'application de la loi contre Nessma TV et Zeitouna TV    La Fête du Muguet sera fêtée le 1er Mai 2019 autour d'un déjeuner convivial au restaurant « Le Pirate » à Sidi Bou Saïd    La ville d'Hammamet accueillera dimanche prochain la première édition du Challenge Day    Le CAB opte pour l'ancien cabiste Chokri Béjaoui pour prendre le témoin des mains de Montassar Louhichi    Tunisie: 09 ouvrières agricoles blessées dont deux un état grave après une chute d'un camion à Kairouan    Tunisie: Vers l'utilisation des drones dans le secteur agricole    Tunisie: Baisse de 3,5% de la production industrielle au cours des deux premiers mois de 2019    Le Sri Lanka appelle la communauté musulmane à ne pas organiser de prières du vendredi    Coupe de la CAF : Billetterie de la demi-finale Zamalek-ESS    CAB : Louhichi départ, Chokri Bejaoui arrive    Egypte: Découverte d'une tombe datant de 4.000 ans en parfaite conservation    Radwan Masmoudi Président du CSID : C'est naturel qu'un militant ou sympathisant d'Ennahdha fasse un DON au parti après son décès    Les rockers endeuillés par la disparition du chanteur Dick Rivers le jour de son 74e anniversaire    Saisie du matériel et arrêt de la diffusion de Nessma Tv    A Nabeul, 15 Tunisiens repêchés par la garde maritime    CARTHAGODS démarrent leur tournée mondiale par la Tunisie    Abassi Madani n'est plus    Nouvelle Cadence: Une création artistique tunisienne unique le 27 avril au Québec    Tunisie [Photos]: Matériel saisi avec le terroriste éliminé au Kef    Tunisie- L'identité du terroriste abbatu au Kef révélée    Retour sur l'élimination du terroriste Oussama Salmi dans la région de Nebr au Kef    Au Kef, un terroriste abattu lors d'une opération militaire    En photo : Le message bouleversant de Sami Fehri à sa maman…    Gafsa: Une secousse tellurique de 3,23 degrés sur l'échelle de Richter à El Ktar    Oussama Ammar : Des sculptures qui voyagent !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La classe moyenne sous pression
POUVOIR D'ACHAT
Publié dans La Presse de Tunisie le 26 - 03 - 2019

Le pouvoir d'achat de la classe moyenne ne cesse de s'éroder au cours de ces dernières années. En effet, compte tenu de la cherté de la vie, les citoyens ne sont plus en mesure de subvenir à leurs besoins essentiels. Excepté les produits dont les prix sont homologués ou administrés par l'Etat, les consommateurs ne peuvent pas s'offrir des produits de luxe ou de loisirs. Même au niveau de l'habillement, plusieurs Tunisiens se rabattent sur la friperie où les habits sont moins chers que ceux exposés dans les boutiques. C'est dire que la situation économique difficile a pesé de tout son poids sur le pouvoir d'achat des citoyens relevant de la classe moyenne qui faisait, quelques années plus tôt, la fierté de la Tunisie.
En février 2019, les prix à la consommation ont augmenté de 0,1% après 0,8% en janvier 2019. Le taux d'inflation a atteint le niveau de 7,3% en février 2019 contre 7,1% le mois précédent. Ces chiffres significatifs montrent que les prix progressent en permanence d'un mois à l'autre au grand dam des consommateurs qui se débrouillent comme ils peuvent pour joindre les deux bouts. Plus d'un citoyen a recours aux crédits de consommation pour pouvoir tirer son épingle du jeu, mais d'autres ne sont pas éligibles aux crédits et doivent se contenter du peu qu'ils ont pour pouvoir surmonter cette période difficile.
Attention à l'inflation !
D'ailleurs, les milieux financiers ne recommandent pas trop le recours aux crédits de consommation, et ce, dans le but de contrecarrer l'évolution de l'inflation. L'objectif étant de limiter un tant soit peu les achats des divers produits pour réduire une inflation galopante qui a atteint les 7,3% en février, taux considéré comme élevé par les pouvoirs publics. C'est pour cela, d'ailleurs, que la Banque centrale de Tunisie a augmenté le taux directeur de 100 points, afin de freiner l'utilisation prononcée des crédits aussi bien par les particuliers que par les chefs d'entreprise. Mais une telle mesure risque de ralentir le rythme des activités commerciales dans la mesure où les consommateurs ne peuvent plus acheter comme d'habitude.
D'après les chiffres officiels disponibles publiés par l'Institut national de la statistique, l'augmentation mensuelle du prix de la viande d'agneau est de 3,1%. De nos jours, il est difficile pour un citoyen de la classe moyenne d'acheter, ne serait-ce que deux fois par semaine, la viande d'agneau dont le prix a atteint 27D,000 le kg ! La viande bovine a enregistré, de son côté, une hausse mensuelle de 1,6% avec un prix de 25D,000 le kg. De nombreux consommateurs se rabattent sur les viandes blanches dont les prix ne sont pas, non plus, à la portée même si ceux des volailles ont connu une baisse mensuelle de 2,7%. Les prix des œufs, qui sont très prisés par les consommateurs tunisiens, ont connu une évolution mensuelle de 2,7%. C'est le cas aussi des fruits frais avec une hausse de prix de 1,2%, du poisson frais avec un accroissement de 1,0%, du lait et du fromage dont les prix mensuels ont augmenté de 0,9%.
L'impératif d'augmenter l'offre
Pour pallier ces insuffisances au niveau des quantités et contribuer à la réduction des prix, une solution devrait être adoptée, à savoir l'augmentation et la diversification de l'offre de tous les produits de consommation fabriqués ou produits localement. L'offre devrait dépasser la demande pour assurer un équilibre et préserver les intérêts de toutes les parties prenantes. Cependant, les prix au niveau de la vente au détail ne devraient pas connaître une chute libre, ce qui ne permettrait pas aux producteurs de couvrir leurs frais de production. A noter que la Tunisie a opté pour la régulation du marché par la loi de l'offre et de la demande sans intervention de l'Etat, sauf pour certains produits considérés de première nécessité dont les prix sont administrés.
Le marché devrait se distinguer par des transactions loyales consacrant la transparence. Le contrôle économique a relevé, néanmoins, que certains commerçants, faisant fi de la réglementation en vigueur, ne s'empêchent pas de faire des spéculations et de stocker des produits pour les vendre ultérieurement au prix fort, quand la situation devient plus favorable, comme le mois de Ramadan. D'autres augmentent les prix à leur guise sans se soucier outre mesure du pouvoir d'achat des citoyens ou n'affichent par les tarifs pour permettre aux consommateurs de choisir en fonction de leur budget et de leurs besoins.
Certes, les prix des intrants et des matières premières sont en constante évolution, ce qui se répercute directement sur le coût de production et, partant, sur les prix de vente au détail, mais le devoir national et l'intérêt supérieur des citoyens exigent que chaque intervenant fasse des sacrifices en faveur du pouvoir d'achat de la classe moyenne qui lutte activement pour sortir indemne d'une crise économique qui n'a que trop duré.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.