Tunisie – La société régionale de transports de Kasserine interdit à ses bus de s'arrêter à Kairouan    Résultat des sociétés cotées pour 2019 : l'arbre qui cache la forêt !    Covid-19 | 19 nouvelles contaminations dont 12 cas locaux    Ligue 1 : Le CA Bizertin arrache le nul conte le CS Sfaxien    Club Africain : La formation probable contre l'ES Métlaoui    Tunisie – Aéroport de Tunis Carthage : 2500 tests covid négatifs    Dr Sofiane Zribi - Covid-19: La Tunisie entre deux vagues, dans le creux de l'insouciance!    Tunisie: Disparition du bouclier du soldat de Hannibal, précisions du ministère de la Culture    Avis de recherche du Ministère de l'Intérieur au sujet d'un dangereux terroriste    Ligue 1 : 3 matchs au programme aujourd'hui    Covid-19 : Port obligatoire des masques en Tunisie    Le personnel du Service de cardiologie placé en isolement    Météo: Prévisions pour dimanche 09 août 2020    Ezzeddine Larbi - Economie et pandémie : de la grande crise de Covid-19 et ses impacts    Tremblement de terre d'une magnitude de 4,3 degrés à Tipaza    Migration irrégulière des tunisiens vers l'Italie: ces débarquements massifs qui inquiètent Rome    Tribunes: Hurlements dans les gradins    DECES: Nabiha Bent Haj Ali Trabelsi    Tribunes: 15 juillet 1960 : il y a soixante ans, les premiers Casques bleus tunisiens de l'Histoire au service de la paix ( 3epartie )    ligue 1 — (18e journée): Enjeu considérable !    Le leader accroché    ESS: Sur la lancée !    «The Climb» de Michael Angelo Covino à l'Agora: Fable moderne    Premier album de Slim Abida «Fréquences basses»: Les sonorités d'un vécu    5e session du festival d'été de Kalaâ-Kebira (du 15 au 20 août 2020): «Les miroirs des arts»    Mise en place d'une stratégie sécuritaire contre la migration irrégulière    Que révèleront les mémoires de Mohamed Ennaceur ?    18 morts et plus de 120 blessés dans une sortie de piste d'un avion en Inde    Coronavirus : 22 nouveaux cas dont 10 cas locaux enregistrés dans 6 gouvernorats (Tunis, Ariana, Monastir, Sfax, Gabés, Médenine)    Mort de 27 migrants en majorité des ghanéens    Le Barça veut la Ligue des champions pour sauver sa saison !    Souvenirs et nostalgie    Prêts... Partez !    Boukornine entre littérature et histoire    Le ministère de l'intérieur lance un appel à témoin contre un terroriste    Tunisie : La Télédéclaration obligatoire à partir d'un CA de 100 mille dinars (Rappel)    L'ANSI alerte sur une nouvelle vague de "phishing" sur Facebook    L'Italie annonce le début de l'expulsion des immigrés clandestins tunisiens à partir de lundi    Tourisme : La peur de voir la situation se compliquer    Saida Ounissi tire à boulets rouges sur Fethi Belhaj ministre de l'Emploi    Tunisie: Reprise des activités d'exploitation du phosphate à Mdhilla    Une soirée musicale sous le signe de la solidarité avec Beyrouth    Zaghouan : L'approvisionnement en eau potable à Nadhour va bientôt s'améliorer    L'argenterie tunisienne dans toute sa splendeur    Un glacier du Mont Blanc menace de se détacher    Trump contre TikTok, ou la guerre froide du Web    L'Espagne est redevenue une zone rouge à cause des clubs de nuit, selon Nissaf Ben Alaya    Liban: Au moins 135 morts et plus de 5000 blessés dernier bilan de l'explosion de Beyrouth    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand s'élargit le champ du rêve et des possibles !
Publié dans Le Temps le 05 - 07 - 2020

C'est le deuxième recueil de nouvelles de Noureddine Souli après « El Holm el morr » (Le Rêve amer). L'auteur de « Vous n'enchaînerez jamais la lune », également poète avec à son actif deux recueils publiés après 2011, revient donc à ses premières amours : le récit bref, extrêmement bref, qui n'en raconte pas moins des destins très complexes et qui pose en quelques pages seulement, autant sinon plus de questions que n'importe quel long roman.
Dans « Vous n'enchaînerez pas la lune », Noureddine Souli aborde avec réalisme et poésie à la fois des questions sociales aiguës, telles la pauvreté et la précarité, la marginalisation et l'exclusion, l'incurie politique et administrative, l'avenir incertain ou très fragile du monde arabe au milieu des divers projets néocolonialistes qui le tracent. Cependant, et à y regarder de plus près, le nouveau recueil s'attaque à une problématique plus essentielle et moins circonstancielle, à savoir l'écriture littéraire elle-même, son objet, sa raison d'être et sa (ou ses) finalité (s).
Dans la nouvelle intitulée « Tourmente », le narrateur est assailli par une multitude de questions sur son propre rapport à la littérature : Ecrire quoi, sur quoi et pour quoi faire ? Comment représenter le réel autour de soi ? Comment dire la crise du sujet en soi et hors de soi ? En fait, Noureddine Souli trahit dans chacun de ses récits, et même dans sa poésie, une angoisse profonde et permanente relative au rôle et à la place de l'intellectuel dans sa société. Comment s'engager, semble-t-il se demander, dans les différents combats qu'impose le quotidien local, national et mondial ? Que faire de sa plume pour préserver « la lune », sa lumière, et le rêve séculaire persistant qu'elle incarne pour les individus et les communautés ?
En effet, c'est de rêve qu'il s'agit dans « Vous n'enchaînerez pas la lune » : on sent que les personnages du recueil sont répartis selon qu'ils s'efforcent de nourrir ou au contraire de brimer un rêve essentiel, vital, de tous et de chacun. Sans tout à fait le vouloir, l'auteur se résigne à une forme de manichéisme (peut-être trop réducteur) entre les incarnations du Bien et celles du Mal.
Heureusement que la poésie sauve la mise dans le recueil, et empêche ses 14 récits de verser dans la démagogie misérabiliste d'une certaine littérature par trop partisane. Les plus belles pages du livre donnent en effet libre cours à la métaphore fraîche, neuve et fertile qui ouvre larges les portes et les fenêtres de la création et de l'innovation. C'est cette métaphore justement, ce sont ces portes et ces fenêtres du possible justement, qui nous enchantent dans toute littérature et qui nous sauvent, nous autres lecteurs, du désespoir et du néant.
** «Vous n'enchaînerez pas la lune», nouvelles en arabe, de Noureddine Souli, Latrach Edition, Tunis, Juin 2020. Prix public : 12 dt


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.