Tunisie – Tout laisse à croire que Kaïs Saïed s'apprête à déclarer la guerre aux islamistes !    Bilan Covid-19 : 1.514 nouveaux cas et 66 décès    Tunisie – La réponse claquante de Hichem Mechichi à Kaïs Saïed    Ons Jabeur – Astra Sharma : sur quelle chaîne voir le match ?    Tunisie – Kaïs Saïed n'en démord pas : « Je DOIS avoir le contrôle des forces de sécurité intérieure »    Ligue 1 : un Clasico pas comme les autres    Tunisie-Fonction publique : Travail par roulement à partir de demain    Les médecins, pharmaciens et dentistes hospitalo-universitaires en colère après la décision du ministre de la Santé    Hichem Mechichi : Les propos de Kaïs Saïed sont hors contexte !    Tunisair : Avis aux passagers à destination de l'Italie    REMERCIEMENTS ET FARK: Mustapha MILED    Mes odyssées en Méditerranée: Cachez-moi ces images que je ne saurais voir…    VOLLEYBALL — CHAMPIONNAT D'AFRIQUE DES CLUBS — AUJOURD'HUI LES TROIS COUPS: A fière allure...    JSK: Plus rien à perdre    EST Une autre victoire en point de mire    «Le Cadeau» de Farah Nabulsi: Court simple et très émouvant    Exposition «States of Exception», du 25 Mars au 2 Mai, à la station d'art B7L9 (Bhar Lazreg): Les œuvres de Thameur Mejri annonciatrices d'une nouvelle ère    FOCUS BUSINESS: Le tourisme attend sa relance    ECHANGES COMMERCIAUX: Un sursaut des exportations tunisiennes    Selon les résultats d'une enquête réalisée dans 6 gouvernorats: 76% des étudiants se préparent à l'aventure entrepreneuriale    Jeudi noir: Mohamed Ennaceur sort de son mutisme    Tunisie [Vidéo]: Ambiance et prix au Marché du poisson Bab Jebli à Sfax    Football : Programme TV de ce dimanche 18 avril 2021    Moraliser le Parlement    Météo | Temps marqué par des averses hivernales    Tournoi de Charleston 2 : Ons Jabeur se qualifie pour la finale    Par Henda Haouala – La série TV « Ken ya Makenech » : délicieuse, grave et soignée    Tunisair programme des vols pour rapatrier les Tunisiens bloqués au Maroc    Covid-19 : Interdiction de circulation aux voitures, motos et transport urbain    384.6 millions de dinars d'investissements agricoles déclarés, à fin mars 2021    Athletic Bilbao vs FC Barcelone: Où regarder la finale de la Coupe du Roi 2021?    La prochaine mission habitée vers la Lune se fera dans un vaisseau de chez SpaceX    Hausse des services de la dette extérieure cumulés de 10%    La Russie interdit l'entrée sur son territoire de responsables de l'administration Biden    AMEN BANK 2020 : solidité et résilience    L'UTAP réclame un tirage au sort pour l'octroi de permis de pêche du thon rouge    La Tunisie ne respecte pas les normes internationales de détention, accuse Fathi Jarray    Clôture des candidatures aux élections municipales partielles de Sakiet Eddaier à Sfax    FTDES -Immigration clandestine: Augmentation du nombre de cadavres retrouvés après le naufrage d'un bateau    Sfax | 3 migrants clandestins secourus et 21 corps repêchés    Tunisie – Projets d'attentats terroristes et d'assassinats politiques pendant Ramadan    Tataouine, le nouveau roman de Fawzi Mellah: la description des péripéties d'une randonnée dans le grand sud tunisien sans tomber dans le piège de l'orientalisme    Tunisie: Vers l'inscription de deux sites Tunisiens dans le patrimoine mondial de l'Unesco    Décès d'un citoyen dans l'explosion d'une mine à Kasserine    Zellige, l'un des piliers de l'artiste Slim Gharbi    400 éditeurs tiendront en septembre 2021 à Tunis les états généraux du livre francophone    Appel à des mesures efficaces en faveur des professionnels des arts dramatiques    L'entreprise autrement | Processus grippé, rêve brisé (*)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand s'élargit le champ du rêve et des possibles !
Publié dans Le Temps le 05 - 07 - 2020

C'est le deuxième recueil de nouvelles de Noureddine Souli après « El Holm el morr » (Le Rêve amer). L'auteur de « Vous n'enchaînerez jamais la lune », également poète avec à son actif deux recueils publiés après 2011, revient donc à ses premières amours : le récit bref, extrêmement bref, qui n'en raconte pas moins des destins très complexes et qui pose en quelques pages seulement, autant sinon plus de questions que n'importe quel long roman.
Dans « Vous n'enchaînerez pas la lune », Noureddine Souli aborde avec réalisme et poésie à la fois des questions sociales aiguës, telles la pauvreté et la précarité, la marginalisation et l'exclusion, l'incurie politique et administrative, l'avenir incertain ou très fragile du monde arabe au milieu des divers projets néocolonialistes qui le tracent. Cependant, et à y regarder de plus près, le nouveau recueil s'attaque à une problématique plus essentielle et moins circonstancielle, à savoir l'écriture littéraire elle-même, son objet, sa raison d'être et sa (ou ses) finalité (s).
Dans la nouvelle intitulée « Tourmente », le narrateur est assailli par une multitude de questions sur son propre rapport à la littérature : Ecrire quoi, sur quoi et pour quoi faire ? Comment représenter le réel autour de soi ? Comment dire la crise du sujet en soi et hors de soi ? En fait, Noureddine Souli trahit dans chacun de ses récits, et même dans sa poésie, une angoisse profonde et permanente relative au rôle et à la place de l'intellectuel dans sa société. Comment s'engager, semble-t-il se demander, dans les différents combats qu'impose le quotidien local, national et mondial ? Que faire de sa plume pour préserver « la lune », sa lumière, et le rêve séculaire persistant qu'elle incarne pour les individus et les communautés ?
En effet, c'est de rêve qu'il s'agit dans « Vous n'enchaînerez pas la lune » : on sent que les personnages du recueil sont répartis selon qu'ils s'efforcent de nourrir ou au contraire de brimer un rêve essentiel, vital, de tous et de chacun. Sans tout à fait le vouloir, l'auteur se résigne à une forme de manichéisme (peut-être trop réducteur) entre les incarnations du Bien et celles du Mal.
Heureusement que la poésie sauve la mise dans le recueil, et empêche ses 14 récits de verser dans la démagogie misérabiliste d'une certaine littérature par trop partisane. Les plus belles pages du livre donnent en effet libre cours à la métaphore fraîche, neuve et fertile qui ouvre larges les portes et les fenêtres de la création et de l'innovation. C'est cette métaphore justement, ce sont ces portes et ces fenêtres du possible justement, qui nous enchantent dans toute littérature et qui nous sauvent, nous autres lecteurs, du désespoir et du néant.
** «Vous n'enchaînerez pas la lune», nouvelles en arabe, de Noureddine Souli, Latrach Edition, Tunis, Juin 2020. Prix public : 12 dt


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.