Tunisie : 19 décès en un seul jour    Officiel : Baisse du taux d'intérêt directeur de la Banque Centrale de Tunisie de 50 points de base pour le ramener à 6,25%    Bourse de Tunis : Le Tunindex clôture mercredi dans le rouge    De gros risques de déstabilisation régionale    Le mouvement Amal surpris par les accusations de Macron    Macron promet « la médiation », Poutine dénonce des « pressions »    LA BH BANK lance son Centre de Développement des Compétences «BH Academy»    Coronavirus – Espérance de Tunis : deux premiers joueurs testés positifs    Le Chef du gouvernement rappelle à l'ordre ses ministres !    Tunisie: 91 nouvelles infections au coronavirus à Sousse    Une fenêtre ouverte sur le monde...    Tunisie: Le gouvernement de Mechichi a perdu le contrôle de la gestion de la crise du Covid-19, selon Ahmed Néjib Chebbi    Covid-19 | L'UGTT appelle le gouvernement à mobiliser les fonds nécessaires pour préserver la santé des élèves et du corps enseignant    30 ans, asymptomatique mais décédé du Covid    Les producteurs d'huile d'olive du nord-ouest formés aux normes COI pour évaluer leur production    Exposition "Un siècle de peinture en Tunisie" à la Galerie Alexandre Roubtzoff    L'UE demeure le premier partenaire commercial de la Tunisie    Roland Garros : On Jabeur qualifiée au deuxième tour    Tunisie: Nouveau décès lié au coronavirus dans une clinique privée à Sousse    Réunion du Comité de pilotage des projets du patrimoine culturel "Tounes Wejhetouna"    Vidéo – Buzz : Akon City: la ville futuriste rêvée du chanteur sénégalo-américain Akon en Afrique !    Quelle loi de Finances pour un temps de crise économique ?    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 30 Septembre à 11H00    Tunisie – Coronavirus: l'entraineur de l'EST Mouine Chaabani et son staff et l'entraineur du CA Lassaad Dridi contaminés    PBR Rating : en 2020, le déficit budgétaire se situerait entre 7% et 8%    Le bénéfice du Vaccin Antigrippe est plus important...    Orange Campus Africa, la nouvelle plateforme de formation en ligne africaine d'Orange    Le parc d'activité de Zarzis s'apprête à recruter 400 ingénieurs    L'ATFD organise un débat sur "pour une autre Tunisie possible"    ODC : un plan d'action pour préserver le pouvoir d'achat des citoyens    Thiago Alcantara testé positif au coronavirus    Boules et pétanque | Championnat national (10e journée) : Dhouib et El May confirment    Exposition collective à la galerie d'arts du nouveau centre culturel baptisé «Kdanse»à Sousse : Les retrouvailles...    « Kom Lel Moumathel », de Walid Ayadi à El Teatro : Le comédien, de la réalité à la scène    Samir Makhlouf, lauréat du Comar d'or 2020, à La Presse : «Je ne viens pas de la littérature, je viens de l'écriture»    Tunisie: Le Conseil de la magistrature appelle les magistrats à préserver l'indépendance et le prestige de la justice    6 ministres du gouvernement Fakhfakh ont déclaré leur patrimoine    Handball : Composition du nouveau staff technique de la sélection tunisienne    Tunisie : Entretien téléphonique entre le ministre des affaires étrangères et son homologue yéménite    Habiba Ezzahi Ben Romdhane: Le Covid-19 n'est pas une Pandémie, c'est une Syndémie    Covid-19 : La plupart des entreprises africaines ont subi un impact négatif de leur CA    Météo : Températures en légère hausse    L'auteur de l'attaque de Paris ''révolté'' contre les caricatures de Mahomet    Peut-on se trouver privés d'IPTV ?    Tunisie: Sauvetage 68 migrants subsahariens au large de Ben Guerdane    Tunisie: Le secrétaire d'Etat américain à la Défense attendu demain mercredi à Tunis    Patrimoine : L'INP lance un appel à candidatures pour la formation internationale 2021    Le voyage en Tunisie est interdit aux ressortissants britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ceux d'en haut qui nous regardent
Publié dans Le Temps le 29 - 07 - 2020

Quand tout est déjà arrivé, le recueil de Julian Barnes a des allures d'ascension, non pas vers un étage d'une haute tour à atteindre, non plus vers une quelconque montagne à gravir, mais vers les hauteurs auxquelles se destinerait l'humain, autrement dit : l'élévation par la pensée, l'art, l'amour ou la mort.
Trois récits composent le volume, où chaque protagoniste, pour continuer à vivre, seul ou en compagnie de son amante, prend de la hauteur, ou essaie d'en prendre, à sa façon, à ses risques et périls. Pourquoi chercher à tout prix à quitter le sol pour aller plus haut ? L'interrogation, pour peu qu'on y pense est universelle et inhérente à l'homme, et chacun de nous a son avis sur le sujet ; les récits de Barnes sont des points de vues fouillés et instructifs sur notre place dans l'univers, ...
Et sur terre. Le premier récit nous élève en compagnie de Nadar, qui fut le premier à vouloir capter des photos et fit de nombreux vols en ballon ; l'auteur développe une description riche sur les élans des gens exaltés et déterminés à accomplir leur rêve ; le second récit, à hauteur d'homme, traite de l'amour et nous fait découvrir un conte insolite de l'écrivaine et femme de théâtre, l'extravagante Sarah Bernhardt.
Sarah Bernhardt s'était envolée du centre de Paris et avait atterri près d'Emerainville, dans le département de la Seine-et-Marne. Elle file une histoire d'amour en vol, avec le peintre Georges Clairin, et un aéronaute professionnel, dans la nacelle d'un ballon orange dont le nom, Dona Sol, était inspiré de son rôle du moment à la Comédie-Française.
L'aéronaute avait débouché une bouteille de champagne, faisant sauter le bouchon vers le ciel, et Sarah avait bu dans un gobelet en argent. Puis ils avaient mangé des oranges, et jeté la bouteille vide dans le lac de Vincennes.
Grisés par le sentiment soudain de supériorité, ils avaient lâché gaiement du lest sur les gens en bas : d'abord une famille de touristes anglais accoudés à la balustrade de la colonne de Juillet et, plus tard, une noce s'adonnant aux plaisirs d'un pique-nique champêtre. Un militaire anglais, passionné d'aéronefs ; Fred Burnaby voyagea seul dans un ballon rouge et jaune appelé The Eclipse, il pesait plus de cent kilos, il emporta deux sandwichs au bœuf, une bouteille d'eau minérale, un baromètre, pour mesurer l'altitude et, un thermomètre, une boussole et une provision de cigares. Julian Barnes y va de ses descriptions détaillées, (la couleur du bonnet, le mouchoir sur la nuque de l'anglais), ironiques, de ses réflexions sur l'homme attaché à sa passion.
Sur l'amour, lequel est chagrin « ...parce que chaque histoire d'amour est une histoire de chagrin potentiel » dira –t-il dans le récit suivant, le plus développé et le plus lancinant du volume. Ce dernier récit, autobiographique, révèle la vie de veuvage de Barnes, qui déploie une méditation quasi maladive et contagieuse sur la mort, la perte de l'être cher.
Un style concis, ramassé, qui en dit long sur son amour pour sa femme avec laquelle il a vécu trente ans « J'en avais trente-deux quand nous nous sommes rencontrés, soixante-deux quand elle est morte.
Le cœur de ma vie ; la vie de mon cœur ».
L'auteur anglais le plus francophile, l'un des plus apprécié par les Français, auteur, notamment du Perroquet de Flaubert ( Prix Médicis essai-1986) lauréat De plusieurs Prix prestigieux, souffre encore de cette lourde séparation, lourde mais jamais pesante, Barnes le veuf, poursuit seul son chemin en s'élevant haut dans la pensée, usant encore de son humour, sa marque de fabrique et de son chagrin communicatif et de sa douleur inconsolable « En fait, la nature est si exacte que la souffrance est exactement proportionnelle à la valeur de ce qu'on a perdu, alors dans un sens on chérit la douleur » lui écrit une amie qui a perdu son mari, pour le consoler, un an après la disparition de sa femme. Quand tout est déjà arrivé, montre que Julian Barnes a entendu l'appel consolateur, mais il ne se remettra pas de son deuil.
Quand tout est déjà arrivé, Julian Barnes- 272 p
Traduit de l'anglais
par Jean-Pierre Aoustin
Bibliothèque étrangère


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.