L'IACE organise la 35e édition des Journées de l'Entreprise du 9 au 11 décembre    SE Shinsuke SHIMIZU, ambassadeur du Japon en Tunisie, à La Presse : « La Tunisie peut être une porte d'entrée pour les investisseurs japonais vers l'Afrique »    Iles Kerkennah : Pour un tourisme vert et écoresponsable    SKYS à Tozeur : Près de 500 tunisiens ont participé à l'événement dans le désert    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 29 Novembre 2021 à 11H00    Le variant Omicron du coronavirus se propage: Les pays qui ferment leurs frontières    Sidi Bouzid : le directeur du lycée 9 avril tabassé par un parent    Les indiscrétions d'Elyssa    Vidéo du jour: Une école pieds dans l'eau    L'équipe de Tunisie entame demain la coupe arabe des nations | Billet : A quoi servira la Coupe arabe ?    Coupe de la CAF | Tour de recadrage aller – Tusker FC-CSS (0-0) : Le CSS assure l'essentiel    Une JSK poussive devant mais solide derrière : Le réalisme aghlabide    UA : la Libye appuiera la candidature du Maroc, pas celle de la Tunisie    Tribune | A défaut de relance économique, dépénalisons la migration extralégale    Sejnane : Reboisement de 5400 arbres plantés malgré les conditions météorologiques difficiles    Université Mahmoud El Materi | Colloque international sur le diabète : La recherche et la lutte continuent    Tribune | Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien : Le message d'António Guterres *    Le syndicat indépendant des réalisateurs et producteurs (SIRP) : Arrêter le formatage narratif des films tunisiens    Evénement artistique à XYZ et hors les murs à La Marsa : Je suis la grenade    Abdellatif Mekki évoque les conditions d'un dialogue    Ahlem Gzara: Des personnes complètement vaccinées parmi les admis dans les services de réanimation    Béja: Les agents du développement Sylvo-Pastoral en sit-in ouvert [vidéo]    Le fonctionnaire tunisien est le moins payé de la Méditerranée, selon Ajbouni    Abdellatif Mekki: Pas de dialogue sans retour au cadre constitutionnel    Ministère de l'Industrie: L'annulation des permis de recherche d'hydrocarbures est parfaitement légale    Près de 4 000 litres d'huile végétale subventionnée pour le marché de Tozeur    Météo : Temps pluvieux et chutes de neige et de grêle    Tunisie-Coronavirus: Zéro décès et 95 cas en une journée    Ali Laârayedh parle d'amour    Tunisie : Noureddine Tabboubi menacé de mort    Sfax-Crise de déchets: Une grève générale sera annoncée    Virgil Abloh, directeur artistique de Louis Vuitton n'est plus    Ligue 2 Pro : Résultats des matches et classements des Groupes C et D    EN Hand féminine : la liste des 16 joueuses convoquées pour le mondial    Suspension de tous les vols de passagers à destination du Maroc pour deux semaines dès lundi    Foot-Europe: le programme du jour    Coupe arabe : Classement des pays les plus couronnées    Cité de la culture : Concert du duo Tsuji Hideki, Miyazaki Mieko et Amina Srarfi    Algérie : Fort séisme à Béjaïa    La profession du conseiller fiscal    La Tunis appelle la communauté internationale à amener Israël à se conformer aux résolutions de l'ONU    Pourquoi? | Le mystère de l'huile subventionnée    A l'Avenue Habib-Bourguiba : Un individu armé voulant attaquer le MI maîtrisé    The Washington Post évoque la Tunisie    Encore une fois, une compétence Tunisienne s'affirme à l'étranger    Ouverture du 8ème Festival de la création de l'UGTT en présence de Taboubi et de Guettat    Prix FABA de littérature : Remise des prix de la 1ère édition le 4 décembre 2021    Festival du film maghrébin d'Oujda : La Tunisie rafle 3 prix    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Quand la recette de 8 heures de travail ne dépasse pas 7 dinars !
Transports urbains après la Révolution
Publié dans Le Temps le 12 - 05 - 2011

Encore une fois, nous revenons sur ce sujet : le phénomène de la resquille dans les moyens de transport public s'est amplifié après la Révolution. Sur toutes les lignes du métro et de la SNT, les recettes ont connu leur plus bas niveau. D'après des agents de contrôle de la Station de Barcelone, à Tunis, la baisse enregistrée dépasse facilement les 50 %.
Sur certains bus, ajoutent-t-ils, la recette de 8 heures de travail est de seulement 7 dinars. Les chauffeurs et les contrôleurs s'estiment heureux lorsqu'ils rentrent vivants chez eux et lorsqu'ils ne se font pas braquer en cours de route. « Nous accomplissons tout juste une fonction de portiers à présent. Nous ouvrons et refermons les portières du bus et libre au passager qui monte de payer son billet ou de voyager gratis ! ». A la station du 13 août, du côté d'El Ouardia, on nous apprend que le guichet qui, avant le 14 janvier, rapportait à la Transtu 300 dinars n'en rapporte désormais que la moitié. Notre interlocuteur parlait des stations les plus fréquentées ; quant aux guichets des petites stations, il leur arrive d'encaisser moins de 3 dinars après 8 heures de service. Est-ce pour cela que depuis deux ou trois jours, le contrôle des billets s'est relativement renforcé à l'entrée des principaux arrêts de la capitale ? Nous nous sommes adressé, pour le savoir, à quelques contrôleurs de la Transtu qui, unanimement, considèrent que les passagers des transports communs ont compris la Révolution à l'envers !

Les biens du beylik !

« En fait, précise l'un d'eux, la tendance à la resquille prévalait bien avant le 14 janvier, mais maintenant l'esprit opportuniste à propos des biens publics (la propriété du beylik) trouve dans la Révolution un bon prétexte pour s'offrir gratuitement ces biens et c'est ainsi que la majorité des citoyens pense. Ils ne paient donc pas leurs billets et, face à leur comportement incivique, nous n'avons ni les moyens dissuasifs adéquats et efficaces, ni même l'audace pour les sanctionner. » Un autre agent impute la difficulté de contrôler efficacement les voyageurs aux portes des stations ou à bord des véhicules, à l'absence de coopération des agents de la sûreté, naguère plus présents sur les lieux : « Avant, nous pouvions solliciter leur intervention et les gens se faisaient plus dociles aux postes de police. Aujourd'hui, ces postes ont d'autres préoccupations que la resquille dans les moyens de transport. D'autre part, tout le monde ici craint de s'en prendre à un voyageur sans billet : l'autre jour un resquilleur a provoqué la pagaille dans la station lorsqu'un contrôleur lui demanda son ticket. Nous choisissons donc de traiter avec le plus de douceur et de souplesse avec nos passagers, et même si les recettes sont en baisse vertigineuse, nous nous disons que c'est mieux que rien ! »

La liberté de braquer !

Un troisième agent nous raconta qu'à hauteur de certains quartiers populaires, et notamment la nuit ou en fin d'après-midi, les braqueurs obligent le chauffeur du métro à s'arrêter pour « les laisser travailler à bord des rames ! ». Il paraît même d'après le même contrôleur que le couvre-feu de ces trois derniers jours n'a nullement dissuadé les malfrats de ce genre : « Oui, certains soûlards à la mine patibulaire, ont à maintes reprises obligé les chauffeurs des métros de la ligne sud à reprendre service après 9 heures du soir. Ce sont désormais les voyageurs qui font la loi. Pour effectuer notre semblant de contrôle, nous nous mettons à plusieurs sans pour autant garantir que les clients nous épargnent leurs agressions verbales et physiques. Il nous faut une plus forte présence de la police pour mieux sévir contre les resquilleurs. Sans cette couverture policière, notre action restera superficielle et ne viendra pas à bout du fléau. Il faudrait aussi que les citoyens comprennent que l'idéal révolutionnaire bannit l'incivisme. Vous autres journalistes, vous devez nous aider à lutter contre la resquille et surtout contre les actes de vandalisme visant les biens publics. Parce que ce sont des biens communs et si un adolescent irresponsable brise des vitres de métro dont la réparation revient à plus de 8 millions, les médias doivent dénoncer ce comportement et appeler les familles à mieux encadrer leurs enfants. »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.