Tunisie-Rafik Abdessalam : " Voilà ce qu'il faut faire maintenant »    Tunisie : Ouverture de la 22ème édition des Journées Théâtrales de Carthage ce samedi    Football : Où regarder les matches de vendredi ?    Ennahdha hausse le ton et tire à boulets rouges sur Kaïs Saïed    Infos Bourse – La STIP fait accroitre fortement ses bénéfices    Le Mondial des Clubs exclusivement sur cette chaîne …    Examen en conseil des ministres de projets de décrets à caractère économique    France : Nouvelles conditions d'accès depuis la Tunisie    Tunisie – Saïed : Bientôt l'annonce des mesures qu'attend le peuple    Kaïs Saïed et Noureddine Taboubi rattrapés par la réalité socioéconomique du pays    La Tunisie présente une plateforme géospatiale pour une évaluation des informations alimentaires    New York : Le siège de l'ONU fermé après qu'un homme armé ait été aperçu à l'extérieur    Libye : VIDEO: Scènes de liesse populaire après la réhabilitation de Seif El Islam aux élections    Tunisie : Vers la restauration, la numérisation et de la revalorisation de la cinémathèque de Gammarth    FIFA Arab Cup – EN : Deux formations probables contre la Syrie !    CTN | Report de la desserte Tunis-Gênes du vendredi 3 décembre au samedi 4 décembre 2021    Les OGM : un ancien débat toujours d'actualité    Libye-Présidentielle : Seïf al-Islam Kadhafi revient dans la course électorale    L'Omicron était déjà présent en Europe avant la cascade de restrictions visant l'Afrique?    Noureddine Ben Ticha : La situation actuelle nécessite une certaine rapidité    La Tunisie cherchait à acheter jusqu'à 175 000 tonnes de blé tendre    " Vues sur les arts" 2021 : Retour sur le cinéma de la nouvelle vague à l'ouverture    Tunisie : Najla Bouden rencontre Arnaud Peral    Productivité : Une centaine d'entreprises tunisiennes ont bénéficié du projet Kaizen    IACE : Tayeb Bayahi demande à la chef du gouvernement de soutenir les entreprises    Décès du photographe Mokdad Chaouachi    Ligue 2 : désignation des arbitres de la 4e journée    Première mondiale de la pièce de théâtre "l-Medea" de Sulayman Al-Bassam aux JTC 2021    Tébourba submergée par les ordures : Appel à la dissolution du conseil municipal    Twitter interdit le partage des photos et vidéos sans le consentement du propriétaire    Tunisie – Accidents de la route: Plus de 900 décès recensés en 2021    Ben Mbarek: Kais Saied fait partie du problème et non de la solution    Grève de la SNCFT: Nous n'avons pas réclamé des augmentations salariales, assurent les employés    Mövenpick Hotel du Lac Tunis célèbre Noël et les fêtes de fin d'année du 5 au 26 décembre 2021    En marge de la première sortie probante du Team Tunisie: Les vertus du pressing haut    La Mauritanie n'a pas fait le poids devant la Tunisie: Comme dans du beurre !    NEWS: Msakni de retour à l'Etoile    Riadh Daghfous: La vaccination des enfants dans la balance    Plus de déplacements entre les gouvernorats sans passeport vaccinal ?    Hafedh Boujmil: L'éditeur de l'année    A la galerie « Musk and Amber »: Taher Jaoui ou la peinture-émotion    Première de « Démo » de Moez Gdiri à l'Espace 77: Une œuvre grinçante    Météo | Temps hivernal à partir de ce jeudi soir    Coupe arabe FIFA 2021 :Tunisie, Chikhaoui et Maaloul blessés    Coronavirus Amine Slim : Pas de restrictions de déplacement pour le moment    Space X : Elon Musk menace ses salariés de fermeture    Coronavirus : Première déclaration du PDG de Pfizer concernant ''Omicron''    Ghazi Moalla : Trois personnalités sont les favoris pour l'élection présidentielle libyenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La route de l'Ouest pour connaître une autre Tunisie
Redécouverte
Publié dans Le Temps le 08 - 05 - 2013

L'Ouest tunisien est plus pittoresque et recèle davantage de sites naturels et historiques, de curiosités que le littoral Est. « La route de l'Ouest » peut commencer sur la « côte du corail », en descendant d'un avion sur l'aéroport international de Tabarka et nous conduire à travers deux régions différentes jusqu'à Thala la rebelle et Haïdra la byzantine.
La Khroumirie : la verte Tunisie
La khroumirie est belle et intéressante toute l'année. L'été, c'est la saison rêvée du tourisme ! La « côte du corail » offre aux baigneurs une succession de grandes plages de sable bordées de forêts ou de petites criques au bord d'une mer turquoise. Pêcheurs et chasseurs sous-marins s'y régaleront. Des championnats internationaux de pêche sous-marine se déroulaient naguère à Tabarka. Pourquoi n'existent-t-il pas de parties de pêche au « tout gros » : thon, liches, limons, grands serres ? Les promeneurs, les randonneurs disposent de l'ombre fraîche des immenses forêts d'altitude d'Aïn Draham où les nuits d'été, sont bien agréables. La station thermale de Hammam Bourguiba permet de se détendre, de se soigner, bien confortablement.
Les amateurs de nature pourraient peut-être préférer venir au printemps quand, sous les chênes majestueux et les grands pins élancés, les sous-bois parfumés abritent mille ruisseaux. En mars, les bécasses et les palombes sont encore là. Les cigognes sont revenues, les rapaces, les martinets et les hirondelles aussi. Mille fleurettes parfumées et de très belles orchidées sauvages s'épanouissent, des dunes du littoral aux sommets des monts.
Les chasseurs pourront choisir l'automne et l'hiver, pour aller écouter le brame des grands cerfs de Berberie en rut puis pour participer à une battue au sanglier avant de revenir bavarder devant un grand feu de cheminée.
En hiver, au moment où les estivants ont disparu, les pêcheurs à la ligne européens pourraient s'adonner à leur passion : la pêche dans les lacs des nombreux barrages. Ils en sont privés chez eux par le froid hivernal.
Les amateurs de nature pourront aller jusqu'au Parc National d'El Feïja. Ses milliers d'hectares de forêts touffues et de landes parfumées servent d'écrin aux cerfs de Barbarie endémique et à bien d'autres animaux. Un écomusée intéressant, des pistes et des aires de repos y ont été aménagés.
Les amateurs d'histoire n'ont que l'embarras du choix. Les plages du littoral, celle de Zouara en particulier, recèlent des vestiges préhistoriques. Les monts abritent de très nombreux tombeaux rupestres berbères dont certains – ceux de Kef El Blida – sont ornés de superbes peintures pariétales.
Dans la vallée de la Majerda chacun retrouve soit Bulla regia, soit Chemtou.
Chemtou, l'antique Simithus ! Son marbre : marmor numidicum, aux reflets dorés, connu tout autour de la Méditerranée, était extrait de grandes carrières. Il était travaillé dans un « camp » voisin, le plus grand d'Afrique du Nord.
Sous le dallage du forum romain une bazina, un tombeau princier, a été découverte. Les sculptures du linteau de la porte du « temple » reflètent une influence égyptienne. Un beau musée accueille les visiteurs.
Bulla regia, numide d'abord, puis lentement, volontairement romaine se protège des sirocos brûlants en dotant ses villas, ornées de magnifiques mosaïques figuratives, florales ou géométriques, d'un niveau souterrain d'une « modernité » surprenante.
Le haut tell : la Tunisie dorée
Les vacanciers chanceux mettent cap au Sud vers le Haut Tell !
La Tunisie des blés dorés, on la rencontre à la sortie de Jendouba. Elle s'étale au soleil sur cette belle plaine, formée des alluvions de l'oued Medjerda qui s'y attarde longuement en nombreux méandres.
Ensuite, on rencontre le Mellèg : l'antique frontière entre les Numides et les Maures de Bocchus. Il est barré quelques kilomètres plus loin. Les flâneurs iront s'asseoir un moment, à l'auberge accueillante, au pied du barrage. Au printemps, les orchidées fleurissent tout autour. En été, quand le sirocco souffle, il fait frais ici et en automne ou en hiver, après une bonne partie de chasse, le « Chef » y prépare de délicieux « poissons du lac ». Puis, restaurée, rafraîchis, nous grimperons vers Cirta / El Kef, l'antique Capitale de la Numidie.
On peut aussi préférer musarder en s'éloignant vers Oued Meliz, puis serpenter vers Touiref. Ensuite, on ira flâner, dans de grandes forêts, vers Sakiet Sidi Youssef, se recueillir un instant aux Monuments des Martyrs de la lutte pour l'Indépendance. On s'arrêtera un moment à la Réserve naturelle de Saddine et on montera lentement vers El Kef.
El Kef ! N'en déplaise à … qui voudra, il – au masculin, évidemment ! – est l'antique capitale de la Numidie, le gardien de la frontière, le centre économique de la région, un pôle intellectuel et religieux et, plus récemment, un foyer actif de militantisme syndical et politique. C'est une « ville-musée ».
Et … toutes les routes qui en sortent invitent à la promenade. Vers l'Est et Mustis, une bourgade berbère, réquisitionnée pour implanter les vétérans romains de la même tribu que le Consul Marius, vainqueur de Jugurtha. De là, on peut rejoindre la route de Makthar, le site de Lorbeus / Larès qui, au Moyen-Age, supplantera El Kef grâce aux revenus de la culture du safran.
Un peu plus loin, on arrive au Sers et on rejoint Ellès aux énormes « dolmens à portique » uniques au monde puis on découvre le Kbour Klib qui pourrait être soit un cénotaphe dédié au roi Massinissa soit le monument commémoratif de la bataille de Zama. Elle pourrait s'être déroulée dans la plaine du Sers à ses pieds. Après un « saut » aux vestiges de Zanfour datant de l'époque romaine, on peut aller jusqu'à Makthar dont le site antique mérite une longue visite. Pour ne citer que quelques sites, mentionnons celui de Hammam Zouakra, où il est interdit, en latin, d'uriner sur le pied-droit de l'arc de triomphe sous peine de subir la colère de Mars, celui de la Kesra, village perché au flanc du plateau boisé et giboyeux, celui d'Uzappa / El Ksour aux dizaines de dolmens et le site préhistorique niché au sommet de la falaise de Kef El Quaria.
En sortant d'El Kef, d'autres visiteurs prendront la route du Sud vers Obba / Dahmani, vers Zouarine et sa nécropole aux cent tumulus, vers Medeïna / Althiburos et les pentes couvertes de dolmens et de sarcophages d'époque romaine des collines de Sidi Baraket. Ils iront éventuellement visiter la nécropole à dolmens, proche du marabout de Sidi H'med El Khadhra à quelques kilomètres d'El Ksour.
D'autres voyageurs quitteront El Kef vers le Sud-Ouest. Ils salueront les dents du Gharn El Afaya, dont l'une porte une Kalâa berbère. Elles s'élèvent au-dessus d'immenses champs de céréales : Le Tell : le pays du blé ! Après Tajerouine, ils découvrent les collines éclatées, couleur de rouille, de Jérissa, le massif dentelé du Jebel Slata puis les tables jumelles du Kef Rebiba et de la Kalaat Esnan : une centaine d'hectares de rochers perchée au sommet de falaises d'une centaine de mètres de haut, un résumé de l'histoire du pays !
Dans l'azur, l'aigle tournoie au-dessus des corbeaux. La nuit, les ricanements des dernières hyènes rayées, typiques d'Afrique du nord, font fuir les chacals. Et les promeneurs qui flânent dans les forêts à la recherche de … plantes aromatiques, médicinales ou d'orchidées inconnues, croisent régulièrement les mangoustes, les genettes et les sangliers. De là, on gagnera Thala la toujours rebelle et Haidra / Ammaedara berbère, romaine puis byzantine. Son énorme forteresse devait résister aux assauts berbères. Ces deux bourgs sont les points de départ d'un autre voyage en Tunisie : celle des montagnes, des steppes et du Jérid.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.