La magistrature au service du politique : la tradition qui perdure    Tunisie : Faillite de 130 mille entreprises et 750 mille employés au chômage !    Tunisie: Le crabe bleu, de prédateur envahissant à source de revenus pour les pêcheurs tunisiens    UEFA Champions League : Equipe type de la J3    FC Barcelone : Ansu Fati prolonge jusqu'en 2027    Ministère des Affaires Sociales: Versement des aides scolaires et universitaires très prochainement    Reportage photo Sfax, la capitale du Sud, une poubelle à ciel ouvert    Des avocats manifestent pour demander la libération de Seïf Eddine Makhlouf    Entretien téléphonique Najla Bouden-Abdelhamid Dbeibah    Les relations tuniso-libyennes: Cafouillage diplomatique    8ème Sfax Marathon International 2021, dimanche 7 Novembre    TRANSTU: Le métro léger n°4 roulera sur une seule voie du 22 au 28 octobre 2021    Foot Europe – Programme TV jeudi    UEFA Champions League : statistiques d'après J3    Sommet virtuel de la FIFA le 20 décembre    BH Assurance : Hausse du chiffre d'affaires de 17%    Situation politique en Tunisie: Le Parlement européen tranchera aujourd'hui    Tunisie-Daily brief du 21 octobre 2021: Prise en charge sanitaire de deux députées    ATB : Un PNB de 206,4 Millions de dinars à fin septembre    Sousse- Démolition de parasols et de cabanes appartenant à un hôtel [vidéo]    Abdellatif Mekki appelle les médias à ne plus utiliser le terme de "Député gelé"    Elyès Jouini : Le temps des quicks-wins est révolu, nous sommes désormais «dans le dur»    Europa League (Poules / 3è J) : les matches de ce jeudi    Samar Samoud : Nous ne devons pas crier victoire face à la situation pandémique !    La Tunisie s'est-elle fait avoir sur le dossier de la Libye ?    Sousse : La récolte des olives estimée à 81185 tonnes    Najla Bouden reçu au Palais de Carthage    Djaili Amadou Amal lauréate de la sixième édition du prix Goncourt en tournée en Tunisie    Sénateur Bernie Sanders: Palestinians lives matter    Monde- Daily brief du 20 octobre 2021: Poutine décrète une semaine chômée payée pour freiner l'épidémie de Covid-19    La scène artistique tunisienne perdre le scénographe et artiste pluridisciplinaire Kais Rostom    FMI: Des entretiens sont prévus dans les prochains jours avec des membres du nouveau gouvernement tunisien    Donald Blome proposé ambassadeur auprès de la République Islamique du Pakistan    Kaïs Saïed remercie la Ligue arabe pour son soutien à la Tunisie    Zammour Trekking de retour pour une 4e édition du 4 au 8 novembre 2021 à Médenine    JCC- Des détenus produisent leur propre film court métrage    BT : Légère hausse du PNB    Tunisie – Météo: Des pluies attendues et légère hausse des températures    Barcelone vs Dynamo Kiev : Sur quelle chaîne regarder le match en direct et live streaming ?    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    Kairouan: Le ministre du Tourisme appelle à renforcer davantage le tourisme religieux et spirituel    La légende de Carthage en superstar à la Fashion Fair de Stockholm    Tunisie – Allemagne : Niels Annen reçu par Othman Jerandi    Monde- Daily brief du 19 octobre 2021: Etats-Unis: Une femme victime d'un viol dans un train, aucun passager n'intervient    Cycle de films Villes Tunisiennes et découvertes du 19 au 28 octobre 2021 par la Cinémathèque Tunisienne    Mahdia Des tensions suite au naufrage d'un bateau transportant des clandestins    Moncef Marzouki confond Khaled Mechaal et Ismaïl Haniyeh!    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Grandeur et décadence de la côte du corail
Promenade dominicale
Publié dans Le Temps le 14 - 07 - 2013

Pour les amateurs d'authenticité, de « mer vive », fraîche et poissonneuse, de promenades dans des forêts et des maquis giboyeux mais peu fréquentés, de rôtisseries accueillantes et peu onéreuses : rendez-vous sur la Côte Nord : la Côte du Corail.
Les paysages
La Côte Nord de la Tunisie semble avoir été « boudée » par les hommes des « temps modernes » sans doute parce qu'elle est pratiquement perpendiculaire à la direction des vents dominants pluvieux et souvent froids venant du Nord. Elle est séparée d'un riche arrière pays agricole, allant des plaines de Mateur à celles, renommées, de Béja et de Jendouba : « Les Grands camps » : le « Grenier de Rome », par plusieurs chaînes de collines, très boisées naguère, aujourd'hui tapissées d'un maquis aussi dense que parfumé malgré de gros efforts de reboisement en eucalyptus et en pins pignons.
Ces collines, de 400 à 500 mètres d'altitude moyenne, reçoivent d'importantes précipitations hivernales comprises entre 800 et 1000 millimètres par an.
Les maquis formés de lentisques, d'arbousiers et de bruyères, parfumés par les myrtes, les lavandes et les thyms recèlent encore, dans les fonds humides, quelques chênes zéens et lièges séculaires qui émergent de véritables « forêts-galeries » de lauriers roses. En automne, quand les chasseurs traquent les sangliers ou « la dame des bois », la belle bécasse au plumage mordoré, de nombreuses espèces de champignons délicieux : girolles, coprins, cèpes, « trompettes de la mort », agarics croissent dans les sous-bois et les clairières. Toute l'année, les enfants creusent les talus pour « récolter » des escargots « de Bourgogne » ou des « Petits gris » appréciés par les amateurs.
Son environnement naturel est encore préservé. Le moutonnement vert des croupes qui s'étendent, avons-nous dit, depuis les collines de Cap Negro jusqu'à l'éminence qui soutient le phare de Cap Serrat, est tellement peu peuplé qu'il est envisagé d'y créer un grand parc naturel, mi-terrestre mi-marin, sur le Jebel Chitane, paraît-il, à l'Ouest de la station balnéaire de Sidi Mechrig.
La mer
Malgré d'importants travaux de désenclavement régional, les plages sont difficilement accessibles autrement que par des pistes forestières exigeant l'emploi de véhicule tout terrain. Tout le long de la côte du corail, la mer est splendide et « généreuse ». Les plongeurs, les chasseurs sous-marins, les pêcheurs à la ligne du bord et les privilégiés qui mettent un bateau à l'eau à Cap Serrat, à Sidi Mechrig ou à Cap Negro difficile à atteindre, vous parleront de fonds à gorgones superbes et de poissons délicieux : loups, dentés, mérous, ombrines, sans compter les énormes liches, serres ou limons pris en barque, à la traîne et les cigales de mer capturées en plongée sur les flancs escarpés des îlots jumeaux : les Fratelli. Les plages les plus connues, les plus fréquentées aujourd'hui, sont celles de Cap Serrat, de Kef Abbed voisin et de Sidi Mechrig. Cette dernière porte encore des vestiges de bâtiments et de quais de l'époque romaine. La baie de Cap Negro est difficile à atteindre, même avec un 4x4, au bout de sa longue piste qui sinue entre des collines tapissées de maquis. Connaissez-vous la petite plage de sable de la Louka ?
Un gamin inventif a planté une longue feuille de laurier dans une veine humide de la dune bordant la plage et … un filet d'eau douce a jailli. Elle est souvent très peu fréquentée. Sur les deux versants de Kef Abed, la mer ou des oueds courts ont découpé de petites plages que les amateurs de pêche gagnent, malgré le sable pulvérulent des pistes, tant les fonds marins sont – étaient ? – poissonneux.
Un peu d'histoire
Cette côte est peuplée depuis la nuit des temps. Des sites préhistoriques, tout proches de Ras Elkoran, sont soit « ibéro-maurusien » soit « atérien » : deux civilisations typiques de l'Afrique du Nord ! Des stations paléolithiques sont situées près des plages de Cap Serrat ou des Oued Ziatine et Guemgoum le long desquels s'épanouissent, en début d'été, les petites clochettes blanches et parfumées, délicatement enroulées en spirale le long de la tige, des spirantes d'été : des orchidées sauvages que personne n'a encore trouvées ailleurs !
Les hommes de l'époque protohistorique ont taillé dans les parois rocheuses de multiples tombeaux rupestres, appelés « Haouanet », parfois décorés de sculptures ou de peintures pariétales. Ces populations berbères auraient-elles été influencées par des rites funéraires venus de la lointaine Anatolie turque via la Sicile ou auraient-elles « inventé » un type de sépultures existant ailleurs, à une autre époque ?
Un rapide inventaire des sites historiques dans la région de Sedjnène a permis de relever de nombreux vestiges punico-romains, encore que ces « étrangers » n'aient réussi à implanter dans cette région que des influences. La population est très probablement restée presque exclusivement berbère. Ses fondements civilisationnels sont toujours présents dans la décoration de la poterie des alentours de Sedjnène. Elle devrait être protégée des influences « modernes » introduites par les demandes des touristes.
La côte du corail
La pêche du corail le long de cette côte a dû commencer à l'époque préhistorique. Les Berbères préfèrent pour leurs parures le corail rouge vif. Carthaginois et Romains en ont certainement pêché bien que l'on ne sache pas grand-chose à ce sujet. Ce qui est certain c'est que, dès le Moyen Age, les Européens : Catalans, Corses, Génois, Pisans et Siciliens sont venus « trafiquer » et pêcher le long de ces côtes. Si Charles Quint en 1541 installe les Génois dans la citadelle de Tabarka, les Français méridionaux créent un port à Cap Negro. Ils sont présents depuis le règne du roi de France Henri II au XVIème siècle. Ils pêchent, trafiquent commercialisent, en plus, les produits agricoles du Béjaoua et amassent d'énormes fortunes : les bénéfices annuels représentent parfois le double du capital initial engagé !
La concurrence est féroce. Même si les rois de France intriguent auprès des sultans turcs et font étrangler, à Istanbul, un bey tunisois qui s'opposait à leurs desseins, le bey Ali Pacha prend d'assaut le comptoir français du Cap Nègre et la citadelle génoise de Tabarka en 1741. Mais, en 1781, la France obtient la concession exclusive de la pêche du corail depuis l'île de « Tabraque » jusqu'aux confins de Tripoli. Elle gardera cet avantage jusqu'au XIXème siècle !
De longues plages presque désertes, étendues au soleil sous un ciel d'azur, des collines boisées ou tapissées d'un maquis giboyeux propice à toutes sortes de randonnées, une bande littorale presque inhabitée et une côte exempte encore d'aménagements, ne vous tentent-elles pas ?
Ne faudrait-il pas dès maintenant protéger ce qui est encore naturel ? Il serait souhaitable, en particulier, de sauvegarder les poneys des Mogods : une race de petits chevaux et non de vrais poneys. Ce sont des chevaux barbes, pour ne pas dire berbères, dont les qualités sont indéniables. Certes les phoques moines exterminés et en voie d'extinction, ne reviendront pas paresser sur les îlots déserts mais, le serval à la fourrure blanche tavelée de noir, le caracal aux « oreilles noires », dit-on en Turc, tous deux disparus de Tunisie, vers 1930, pourraient être réintroduits, les premiers dans les fonds humides, les seconds sur les collines sèches. Le cerf de Berbèrie, les dernières loutres, les rares porcs-épics et les discrets chats sauvages devraient bénéficier d'une protection efficace afin que l'authenticité et la richesse de la biodiversité de cette région soient préservées dans le cadre d'une politique de développement durable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.