Budget de l'Etat 2021: La masse salariale en hausse de 5,7%    Tunisie : La consommation de la bière souffre du COVID-19 et de la saison touristique maigre    Covid-19 | Grand Tunis : Couvre-feu maintenu jusqu'au 6 novembre    Discours apaisant de l'UE, Londres marque son "intérêt"    Plan de relance aux USA    Au moins 25 sécuritaires afghanes tués    Le Barça cartonne, la Lazio dompte Dortmund    Augmentation des ressources d'emprunt de 91,5%, par rapport à la LF initiale    Le Couvre-feu reconduit dans le Grand Tunis à partir de demain vendredi    Tunisie: Réunion du bureau du parlement cet après-midi    L'AFD annonce la signature de deux accords de soutien financier aux réformes prioritaires en Tunisie    Tunisie: Exportation de 3.000 tonnes de fruits vers la Libye au cours des 20 jours d'octobre    Tunisie : Vers un renforcement de la coopération entre la Tunisie et le HCDH en matière de droits de l'Homme    Désormais, une tarification fixée par l'Etat pour les cliniques privées    Projet du budget de l'Etat 2021 : 315 millions de dinars consacrés aux programmes d'emploi    Vidéo buzz : MBC The Voice Senior : Un tunisien de 71 ans impressionne le jury    Saïed ou l'antisystème politique classique    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 22 Octobre 2020 à 11H00    Europa League (Poules / 1ère journée): les matches de ce jeudi    Ahmed Ben Salah: L'homme du devoir (Photos)    Projet d'amendement du décret-loi 116 : Le secteur médiatique au cœur du jeu politique !    Tunisie : Net repli des échanges extérieurs aux prix constant jusqu'au mois de Septembre    Coronavirus : 388 tests rapides ont été réalisés à Jendouba    Régularisation de la situation des ouvriers de chantiers : Un accord inclusif et équitable    L'humidité pourrait réduire la contamination par aérosol    Classement Fifa : la Tunisie conserve sa 26e place mondiale et la deuxième africaine    L'inquiétude s'installe au CAB : L'incertitude au quotidien    BH Assurance : Un chiffre d'affaires en hausse de 5% (30 09 2020)    CONDOLEANCES : Mabrouka BEN NASR    UBCI : Un PNB de 177,648 millions de dinars (30 09 2020)    La Fédération générale de la culture exprime son refus de la réduction du budget du ministère des affaires culturelles pour l'année 2021    Le CS Sfaxien reprendra aujourd'hui jeudi les entrainements    AfroBasket-2021 (qualifications) : 18 joueurs convoqués pour un stage de préparation    L'IFT garde le fil en ligne sur sa page facebook    Météo : Températures en légère hausse    Les Ciments de Bizerte reprennenLes Ciments de Bizerte reprennent les exportations par voie maritime    Visite d'adieu de l'ambassadeur d'Autriche à Tunis chez Jenandi    Tunisie : Il est possible de prolonger le couvre feu à une condition, selon Hechmi Louzir    La Foire internationale du livre Tunis n'aura pas lieu en mois de novembre prochain    Des militaires libyens des camps au conflit s'accordent sur l'ouverture des routes et la reprise des vols entre les villes    Gilles Kepel : «La loi contre le séparatisme doit traiter les causes et non les seules conséquences»    L'espace d'art B7L9 abrite l'exposition "Culture Solidaire", des œuvres créées durant le confinement    Diffusion et débat live autour du film "Lettres du contient" sur la page Fb de l'association l'Art Rue    Conférence de presse digitale de L' « Open Art Week 2020 » : La création explorée autrement    «La voie normale» d'Erige Sehiri : Sortie française    USA : Les micros de Donald Trump et Joe Biden seront plus souvent coupés lors du prochain débat    Israël et les EAU signent un accord d'exemption de visa    Exercice naval tuniso-français au large des côtes françaises (Défense)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tunisie : Lorsque le prestige de l'Etat est bafoué par le chef de l'Etat lui-même !
Publié dans WMC actualités le 24 - 09 - 2020

Nous avions espéré, nous avions rêvé de voir Kaïs Saïed mettre le costume d'un véritable chef d'Etat près d'une année après son élection.
Nous avions voulu mettre nos doutes et nos peurs de côté pour croire que notre pays, détruit par une révolution mascarade, puisse récupérer un peu de prestige, de dignité et de son superbe d'antan, même de celui du temps de la « dictature ».
Nous avions supposé que les quelques mois à Carthage et ses rencontres avec ses homologues d'autres pays donneraient à notre président ne serait-ce qu'une petite idée sur ce que doit être un président.
Nous avions cru que bien assis sur son siège à Carthage, il enlèverait l'habit du maître-assistant-prêcheur-justicier pour mettre le costume de président unificateur, rassembleur, tolérant et visionnaire.
Nous avions escompté que, face à une Tunisie qui a souffert, il y ait un président qui lui redonne de l'espoir.
Mais non. Notre cher président n'arrête pas de nous surprendre par un populisme qui va crescendo jusqu'à menacer de mettre fin à toute à représentation respectable de l'Etat.
La brimade publique reçue mercredi 23 septembre par le CDG a de quoi nous faire regretter une démocratie qui nous a ramené à la tête de l'Etat des personnes qui n'ont aucun sens de l'Etat et qui n'ont aucune idée sur le mal qu'elles peuvent porter à son image lorsque le premier représentant de l'exécutif est invectivé en public et pas pour les bonnes raisons.
Le président tunisien, sensé se mettre au dessus de la mêlée, unir et penser intérêt de la nation avant tout, agit en justicier pour critiquer le choix de hautes compétences reconnues en Tunisie et ailleurs avant même que la justice ait tranché.
Ce qui fait dire au journaliste Hechmi Nouira : « Monsieur le président, vous êtes en train de pousser tout le monde dans les bras de la Nahdha ! J'ai suivi avec beaucoup d'intérêt et d'inquiétude ce que la présidence de la République a divulgué à propos de votre rencontre avec le Chef du Gouvernement. Indépendamment du fait que l'image véhiculée est que le maître de la Kasbah portait le masque d'usage à cause de la Covid-19, alors que celui de Carthage ne le portait pas, ce qui mérite une réflexion approfondie, vos propos sont dangereux. Ce que vous avez mentionné à propos de certaines personnes et personnalités de l'ancien régime est contraire à la loi et constitue une préemption sur des décisions judiciaires qui n'ont pas encore été rendues et c'est une forme de populisme qui touche à l'ingérence dans l'autorité judiciaire... Vous êtes celui censé protéger le justiciable de l'injustice de la justice, le cas échéant, et vous êtes celui censé garantir la bonne mise en œuvre de la Constitution et de la loi. Vous êtes celui censé savoir que la personne est innocente jusqu'à preuve du contraire ! Votre position de président vous permet-elle d'incriminer des gens sans aucune condamnation ? Monsieur le président, l'idéologie populiste que vous sous-dissimulez par un esprit révolutionnaire peut être, peut-être, appréciée à court terme, mais elle sera une malédiction pour le peuple et l'Etat à moyen et long terme ».
Que pouvons-nous ajouter de plus lorsque l'Etat est ridiculisé par le chef de l'Etat lui-même ?
A qui devons-nous reprocher ce populisme dramatique pour le pays quand une grande partie de nous autres Tunisiens avait ressenti un bonheur sans pareil lorsque Kaïs Saïed avait convoqué Rached Ghannouchi -président de l'ARP-, et Elyès Fakhfakh -CDG sortant- pour leur donner une "leçon de droit constitutionnel" et leur rappeler les pouvoirs dont il dispose pour mettre à mal un nouveau gouvernement qu'il n'apprécierait pas, les humiliant devant des millions de Tunisiens ?
Nous avons droit régulièrement à un « Aujourd'hui je convoque un ministre et je le castre devant des millions de Tunisiens »
Nous nous attendions peut-être à ce que l'épisode "Aujourd'hui je convoque un ministre et je le castre devant des millions de Tunisiens" prenne fin avec les dernières rencontres des deux ministres des Domaines de l'Etat et des Affaires foncières, le partant, et la nouvelle que le président a priés de mettre fin à l'impunité dont jouissent certains hauts responsables !
Mais non, cela continuer et c'est de mal en pis !
Kaïs Saïed a-t-il réfléchi une seconde à l'image qu'il renvoie aux administrés des uns et des autres ? Au coup qu'il porte à leur autorité auprès de leurs agents et employés ?
A-t-il pensé aux conséquences de ses discours vindicatifs sur l'ensemble des Tunisiens et en prime ceux dont les procès sont en cours et à la confiance déjà ébranlée dans le système judiciaire qui va être totalement détruite ?
Notre président est-il conscient qu'il est le président de tous les Tunisiens quelle que soit leur race, leur religion ou leur appartenance socioéconomique ? Kaïs Saïed a-t-il seulement quitté les cercles de discussion des activistes politiques de première heure pour se rappeler qu'il doit traiter tous les Tunisiens de la même manière et qu'il doit les protéger et garantir leurs droits ?
Kaïs Saïed va-t-il continuer à laisser ses ressentiments personnels, à l'encontre des certains pans de notre société, prendre le dessus sur son devoir de protéger et de sécuriser tout le monde et de la même manière ?
Et s'il est des décisions qu'il doit prendre, ce sont peut-être celles de mettre fin aux batailles traitres livrées par les bandits d'El Kamour et les corrompus du phosphate contre les hauts intérêts économiques du pays.
A force d'avoir géré le pays par la haine et la vindicte sans grandeur, sans sagesse, sans vision et sans amour, classes politiques et peuples agissent et réagissent en fonction de leurs sentiments les plus mesquins se délectant des erreurs d'autrui et jouissant de toute brimade subie par une figure publique, quelle que soit son orientation politique ou son positionnement économique.
Et aujourd'hui que reste-t-il de l'Etat lorsqu'un CDG est publiquement remis à sa place par un président et que ses propos sont repris dans un communiqué officiel émanant de la présidence de la République ?
Comment est-ce possible qu'au lieu d'être dans la tolérance et dans l'amour des autres, le président de la République adopte les mêmes postures que le parti Attayar, un parti dont la seule doctrine est celle de la haine et de la vengeance ?
«Pour faire la paix avec un ennemi, on doit travailler avec cet ennemi, et cet ennemi devient votre associé». Cette citation est celle de Nelson Mandela. Le saviez-vous monsieur le président ? Un Nelson Mandela qui a été emprisonné pendant plus de deux décennies et dont le peuple était traité en esclave.
Chez nous par contre et jusqu'à nouvel ordre, toute l'Administration publique est un pur produit bourguibien suivi ensuite par Ben Ali. Alors, détestez les présidents autant que vous voulez, mais ne vous en prenez pas aux compétences de la Tunisie, car c'est à la sueur du front de leurs compatriotes qu'ils le sont devenus.
Vous n'êtes pas Omar Ibnou Il Khattab, monsieur le président, vous êtes un élu d'une prétendue démocratie du 21ème siècle où tous les citoyens ont les mêmes droits et les mêmes devoirs et doivent en bénéficier de la même façon.
La Tunisie a besoin de plus que cela, monsieur. La Tunisie a besoin d'un président qui rassure, qui sécurise, qui voit grand et loin.
Vous, monsieur, vous nous faites peur.
Amel Belhadj Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.