Photo du jour : Youssef Chahed en mode Touriste    Tunisie – VIDEO : Le bureau de la campagne de Zebidi dément tout lien avec Mondher Guefrech et va porter plainte contre lui    [Audio] : Lassaad Dridi parle de la victoire contre le Stade Tunisien    Coupe de la CAF : l'adversaire du CS Sfaxien en 16ème de finale    Aménagement d'un «Village artisanal à Métouia» et prévision de deux autres à El Hamma et Mareth dans le gouvernorat de Gabés    Ligue 1 : un seul match au programme ce dimanche    Tunisie: Rached Ghannouchi trouve normal que les candidats à la présidentielle tentent d'écarter leurs rivaux    Me Kamel Ben Messaoud invite tous les avocats à défendre les libertés et le droit à la suite de l'arrestation de Nabil Karoui    L'UGTT examinera ce dimanche les développements survenus sur la scène politique et électorale    Tunisie – Nizar Ayed : Qui peut être derrière une affaire qui rend autant service à Nabil Karoui ?    La Poste Tunisienne revient sur les perturbations survenues dans certains de ses bureaux de poste    La Télévision tunisienne transmettra les matchs de la première journée de la Ligue 1 Pro    Corée du Nord- Pyongyang effectue de nouveaux tirs de missiles    Plusieurs arrestations à Kairouan    Extrémisme Violent, Ouverture de l'Appel à propositions pour le financement de projets de recherche    Par Chokri Azzouz : Empêchement provisoire ou abandon volontaire ? Propos sur le la délégation de ses pouvoirs par le Président du Gouvernement    En photos : Découvrez les trois nouvelles gammes Love Nature d'Oriflame    En photos: les jeunes de Ras Jebel honorent l'histoire de la ville    Ondes électromagnétiques : Le magazine 60 millions de consommateurs épingle trois fabricants de téléphones portables    Météo du Weekend : Des chutes de grêle par endroits, aujourd'hui    Huawei Y9 Prime 2019 : Une expérience unique de caméra selfie rétractable    En vidéo : Safi Saïd réagit à la polémique autour des candidats binationaux    Tunisie-Ligue 1 (1ere journée) : Un objectif commun pour tous    Volley-Mondial U19 : Première victoire pour la Tunisie aux dépens de la Biélorussie    Journées de la Céramique d'Art de Carthage: 1ère édition du 31 août au 08 septembre 2019    Journées de la coopération Tunisie- européenne de la Recherche et de l'Innovation, les 9 et 10 Septembre    OPPO Signe des accords sur des brevets avec Intel et Ericsson pour augmenter ses    Lancement d'appels à candidature à des programmes dédiés aux startups Tunisiennes    Programme TV du vendredi 23 août    LG et LUMI s'associent pour offrir une solution d'IoT plus complète pour chaque maison    Boga lance une campagne marquée par le renouvellement de son image    Incendies catastrophiques en Amazonie    La Poste Tunisienne certifiée Masterpass QR    Une statue pour rendre hommage à l'artiste défunt Sofiène Chaâri    Festival Carthage 2019 : 5000 livres seront offerts au public en marge du concert de Lotfi Bouchnak    Mohamed Ali Chihi – Ambassadeur de Tunisie à Moscou – décoré de la médaille de la Coopération russe    PANDA TOUR    Trois cinéastes Tunisiennes au programme de la 44ème édition du TIFF 2019 du 5 au 15 septembre    Alain Giresse s'en va – La FTF annonce la résiliation à l'amiable de son contrat !    Le festival de La Goulette accueille la pièce de théâtre ‘'Juif''    Fin de la cavale du meurtrier de Farès, le jeune serveur tunisien d'origine Djerbienne tué par balles pour un sandwich    Slah Mosbah aux festivals : programmé à son insu    L'aéroport de Tunis-Carthage ouvre à nouveau ses portes au public dès jeudi 22 août    Rendez-vous avec le Grand Gala de l'Opéra Italien au théâtre de Carthage    Le visa Schengen sera désormais plus dur à obtenir    Syrie: Les forces du régime entrent dans une ville clé du nord-ouest du pays    Depuis onze jours, des dizaines de migrants restent bloqués en mer    10 blessés dans l'atterrissage en urgence d'un Airbus sur un champ de maïs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





111ème anniversaire de Bourguiba- Honorons la mémoire du Zaïm, sauvons l'Etat !
Publié dans Business News le 03 - 08 - 2014

La Tunisie du temps de Bourguiba, on la regrette. Ils sont nombreux à le penser, à le croire et à s'en égosiller. Cet aphorisme confesse dans un silence bavard, une ribambelle de hiatus saillant le pays dans son honneur : l'Etat ! Cet Etat que le Zaïm Bourguiba avait construit, après avoir mené la guerre au colonisateur français, a été estropié tout au long des trois années ayant suivi l'avènement du 14 janvier. Zine Al Abidine Ben Ali, le despote chassé, à qui on ne pardonnera au grand jamais la réclusion de Bourguiba, savait, lui, conserver l'honneur du pays. En ce 111ème anniversaire du Zaïm Bourguiba, on ressasse le passé, celui d'une Tunisie moderne, quoique dépeinte en noir et banc. On se souvient de l'émancipation de la femme, de l'éducation pour tous, et d'un Etat souverain gouverné par celui qu'on appelle le Père de la Nation. C'est avec une honte non déguisée que nous biglons, aujourd'hui, un Etat bafoué par un président dit « élu » ! Impuissants et pleutres, nous regardons notre Etat, jadis fondé à grand-peine, sombrer dans les abîmes. En ce 111ème anniversaire du Zaïm, nous regrettons un président comme jamais la Tunisie n'en connaitra mais encore un Etat endolori.
Le 20 mars 1956, la Tunisie obtient de la quatrième République française, son indépendance. Habib Bourguiba, en véritable fer de lance du mouvement pour l'indépendance de la Tunisie, s'est évertué à construire, dans une architecture moderne et progressiste, un Etat. Il mettra fin à la monarchie et proclamera la République. Bourguiba avait misé alors sur l'éducation, la réduction des inégalités entre hommes et femmes, le développement économique ainsi qu'une politique étrangère équilibrée. Près de 58 ans plus tard, la Tunisie se retrouve, à reculons, à en découdre pour imposer de garder des acquis de l'Etat gravés par le combattant suprême. C'est alors, que des batailles se sont déclenchées entre ceux qui prônaient les valeurs modernes et progressistes, et ceux qui prêchent les principes de la religion de l'Islam et sermonnent sur la nécessité de récupérer ce qui a été sciemment égaré par Bourguiba d'abord et Ben Ali ensuite. Cette sphère de la société politique et civile déclinait une conviction intime, celle de la marginalisation de la religion par l'Etat. Un Etat proclamé de droits. Un jour, il y a de cela, bien des années, Habib Bourguiba avait prononcé un discours qu'on qualifierait de prémonitoire. Ses mots disaient que la confrontation entre cette sphère des islamistes radicaux et la sphère des modernistes progressistes se fera dans quelques décennies. Ils accuseront leurs « opposés » d'apostasie, ils les renieront et béniront leur marginalisation.
Le Zaïm avait alors attiré l'attention sur ce qui était en germe à l'époque et qui a fini par éclore aujourd'hui. Il s'agit de cette frange du peuple, non moindre, qui par défaut d'éducation assorti de la pauvreté, pouvait être sujette à la manipulation et l'endoctrinement. Selon Bourguiba, l'un des rôles prépondérants de l'Etat, est de sensibiliser cette frange du peuple, l'éduquer, la rassurer sans pour autant enraciner des craintes et ou des hostilités quant à la religion de l'Islam. L'Etat doit à ras-bord être orné de la modernité et la progression, et contrairement à ce que véhiculent les obscurantistes (les extrémistes religieux), l'Islam se conjugue à la perfection en tout temps et toute circonstance. Bourguiba, sans faire dans le chiqué et le mièvre, enseignait le caractère intemporel de la religion de l‘Etat, ce qui était à même d'en concevoir une référence incontournable.
Et le Zaïm avait relevé le défi, non par les paroles, mais par les actes comme il aimait à le dire. Aujourd'hui, et depuis la destitution de Ben Ali, la Tunisie s'est dotée d'un président « élu » qui n'a eu de cesse, dans une complaisance inexpliquée et injustifiée, de fourvoyer l'honneur du pays : l'Etat ! Tout un édifice quasiment annihilé de tant d'incompétences et manque d'égard à la notion et les dispositions de l'Etat. L'anarchie reconquiert les rues et à plus d'une dimension. Les politiques intérieure et étrangère du pays, dans leurs esthétiques défigurées comme jamais, enfoncent davantage l'Etat dans un gouffre inhabituel. Nombreux sont ceux qui clament : il n'y a plus d'Etat en Tunisie. La notion de l'Etat de droit n'existe plus. Cet Etat que Bourguiba a construit au travers d'armes humaines et en déclarant avoir construit « quelque chose de solide » avec, n'est plus qu'épaves à présent. A dire vrai, « le chef de l'Etat », Moncef Marzouki, n'a guère fait mouche, trois ans durant, pour préserver l'Etat et le consolider. Le résident ponctuel de Carthage cherchait tant une entrée dans l'Histoire de la Tunisie, par la grande porte. Au regard de l'effort déployé par Marzouki pour déstabiliser l'Etat et ses rouages, il faudrait un miracle pour ce faire.
Retracer le parcours du Zaïm Bourguiba, enseigne les substances mêmes de la politique et de la gouvernance d'un pays. Préserver le sacré de l'Etat est un ultime bouclier pour intégrer un pays et son peuple dans la sphère de la modernité, la progression et le développement. Le combattant suprême avait légué un précieux héritage pour les prochains présidents de la République. Car, il n'est guère aisé que d'en être un de haute facture, d'imposante envergure, et de grande âme. Bourguiba en était un. Un véritable parangon pour des successeurs qui pourtant n'ont rien conçu jusque là et n'entendent pas le faire. Alors que nous nous affranchissons du devoir d'honorer la mémoire du premier président de la Tunisie, de surcroît, en prétendant avoir chassé un tyran ô combien funeste pour préserver l'Etat et le hisser, nous admirons, tout désarmé que nous sommes, un spectacle des plus désastreux que celui de la destruction de l'Etat par ses tenants.
En ce 111ème anniversaire de Habib Bourguiba, il n'y a qu'un souhait à faire : rebâtir un Etat fort et infrangible. Un Etat dont aucune révolte avec ses débauches, ne pourra avoir raison. Faire honneur à la mémoire de celui qui a libéré la Tunisie du colonisateur français, de celui qui a fondé un Etat et une République modernes, de celui qui se souciait de fédérer tous les Tunisiens, de celui, rare, pour qui l'intérêt suprême de la patrie n'avait rien d'égal, est un devoir national ! Honorons Bourguiba et sa mémoire, et reconstruisons l'Etat de la Tunisie. Yahia Bourguiba ! Nadya B'CHIR


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.