Tunisie – VIDEO : Affaire des abricots jetés à la poubelle, ou quand l'UTAP tient le consommateur en otage    Tunisie – Accusations contre le ministère de l'intérieur : Toubal s'explique    Tunisie – Le petit oiseau rare de Ghannouchi commence à Gazouiller    Unification des sujets des épreuves écrites pour le concours de la sixième année    Tunisie – L'Ariana : Saisie de 120 Kg de viande dans une grande surface pour fraude au prix    Tunisie – Grombalia : Saisie d'un pistolet et de munitions dans une chambre froide    Le 1er Juin une Version de Layali Tunivisions sera à Hammamet au Restaurant Baia    Ligue 1 : Programme TV de la 24ème journée    Lancement du nouveau Infinix HOT 7 PRO avec 4 caméras à 549 Dt    Tunisie: Initiative de la moralisation de la vie politique, Youssef Chahed désigne deux personnalités    En cas d'égalité de points entre le CSS et l'ESS, qui sera le deuxième ?    Un jour, une étape, une carte postale : Performance marchée – 3000 km pour relier Paris à Sousse de l'artiste Ridha Dhib    Officiel : Le FC Barcelone recrute Ludovit Reis    BIGDeal lance un nouveau concept innovant: un club privilèges multi-enseignes    En Italie, un réseau de migration clandestine démantelé dévoile l'implication de policiers    Ooredoo gâte les mamans pour la fête des mères    La Tunisie présente ses opportunités d'investissement auprès des entreprises grenadiennes    En vidéo : Tous les détails sur l'événement Lamet El Khir 1.0    Tunisie: Arrêt du travail dans le service des consultations externes à l'Institut Salah-Azaïz    J-2 avant la clôture de l'appel à projets Village 2019 d'Orange Tunisie, avec l'appui de la Fondation Orange    L'ISIE prolonge jusqu'au 15 Juin 2019 la période d'inscription sur les listes électorales des législatives    Deux blessés graves dans un accident de la route à Enfidha    Violence(s) Jalila Baccar et Fadhel Jaibi    Nasser Al-Khelaïfi mis en examen pour corruption    René Trabelsi salue toutes les unités militaires et sécuritaires veillant au bon déroulement du pèlerinage à La Ghriba    Ligue des champions : La 4ème pour l'EST ou la 3ème pour le Wydad ?    Tunisie: Sauvetage de trois marins pêcheurs à Sousse après deux jours d'errements en mer    Advans Tunisie finalise avec succès son premier emprunt obligataire    Al Badil Ettounsi déplore ce à quoi est exposé le Chef du gouvernement et certaines personnalités politiques    JCC 2019 : Un avant-goût du festival et 3 nouveautés révélées à Cannes    Pep Guardiola en route vers la Juventus Turin ?    Mouvement de protestation, lundi prochain, de l'association de sauvetage des tunisiens bloqués à l'étranger    20 500 nouveaux postes d'emplois dans l'industrie    Des hommes d'affaires juifs veulent investir en Tunisie, déclare René Trabelsi    CAN 2019 : 27 joueurs présélectionnés pour le Mali    Météo: Prévisions pour jeudi 23 mai 2019    Libye : Haftar à Macron : Pas question de cessez le feu à l'état actuel    Plusieurs centaines de manifestants pacifiques jugés par contumace à Gafsa, dénonce Amnesty International    Mobilisation d'un public marocain nombreux vendredi prochain lors du match Wydad de Casablanca – Espérance Sportive de Tunis à Rabat    Ennahdha dénonce une ingérence étrangère en Tunisie    En photo : Habillée par Ali Karoui, la compagne de Cristiano Ronaldo fait sensation au festival de Cannes    Le rappeur franco-Tunisien Swagg Man édite un clip “5alina n3ichou” qui fait le buzz (vidéo)    Un aéroport saoudien frappé par les Houthis    Tunisie – Djerba : Le ministère du tourisme va aider à la réussite du festival d'Ulysse et à la restauration du théâtre de plein air    Pourquoi Siam Ben Youssef a-t-il décidé de mettre fin à sa carrière internationale ?    Nouvelle Zélande: l'auteur des attentats de Christchurch, inculpé d'acte terroriste    Tunisie : une secousse tellurique de 2,7 degrés enregistrée à Métlaoui    Une mosquée incendiée dimanche dernier dans l'Etat du Connecticut aux Etats-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





111ème anniversaire de Bourguiba- Honorons la mémoire du Zaïm, sauvons l'Etat !
Publié dans Business News le 03 - 08 - 2014

La Tunisie du temps de Bourguiba, on la regrette. Ils sont nombreux à le penser, à le croire et à s'en égosiller. Cet aphorisme confesse dans un silence bavard, une ribambelle de hiatus saillant le pays dans son honneur : l'Etat ! Cet Etat que le Zaïm Bourguiba avait construit, après avoir mené la guerre au colonisateur français, a été estropié tout au long des trois années ayant suivi l'avènement du 14 janvier. Zine Al Abidine Ben Ali, le despote chassé, à qui on ne pardonnera au grand jamais la réclusion de Bourguiba, savait, lui, conserver l'honneur du pays. En ce 111ème anniversaire du Zaïm Bourguiba, on ressasse le passé, celui d'une Tunisie moderne, quoique dépeinte en noir et banc. On se souvient de l'émancipation de la femme, de l'éducation pour tous, et d'un Etat souverain gouverné par celui qu'on appelle le Père de la Nation. C'est avec une honte non déguisée que nous biglons, aujourd'hui, un Etat bafoué par un président dit « élu » ! Impuissants et pleutres, nous regardons notre Etat, jadis fondé à grand-peine, sombrer dans les abîmes. En ce 111ème anniversaire du Zaïm, nous regrettons un président comme jamais la Tunisie n'en connaitra mais encore un Etat endolori.
Le 20 mars 1956, la Tunisie obtient de la quatrième République française, son indépendance. Habib Bourguiba, en véritable fer de lance du mouvement pour l'indépendance de la Tunisie, s'est évertué à construire, dans une architecture moderne et progressiste, un Etat. Il mettra fin à la monarchie et proclamera la République. Bourguiba avait misé alors sur l'éducation, la réduction des inégalités entre hommes et femmes, le développement économique ainsi qu'une politique étrangère équilibrée. Près de 58 ans plus tard, la Tunisie se retrouve, à reculons, à en découdre pour imposer de garder des acquis de l'Etat gravés par le combattant suprême. C'est alors, que des batailles se sont déclenchées entre ceux qui prônaient les valeurs modernes et progressistes, et ceux qui prêchent les principes de la religion de l'Islam et sermonnent sur la nécessité de récupérer ce qui a été sciemment égaré par Bourguiba d'abord et Ben Ali ensuite. Cette sphère de la société politique et civile déclinait une conviction intime, celle de la marginalisation de la religion par l'Etat. Un Etat proclamé de droits. Un jour, il y a de cela, bien des années, Habib Bourguiba avait prononcé un discours qu'on qualifierait de prémonitoire. Ses mots disaient que la confrontation entre cette sphère des islamistes radicaux et la sphère des modernistes progressistes se fera dans quelques décennies. Ils accuseront leurs « opposés » d'apostasie, ils les renieront et béniront leur marginalisation.
Le Zaïm avait alors attiré l'attention sur ce qui était en germe à l'époque et qui a fini par éclore aujourd'hui. Il s'agit de cette frange du peuple, non moindre, qui par défaut d'éducation assorti de la pauvreté, pouvait être sujette à la manipulation et l'endoctrinement. Selon Bourguiba, l'un des rôles prépondérants de l'Etat, est de sensibiliser cette frange du peuple, l'éduquer, la rassurer sans pour autant enraciner des craintes et ou des hostilités quant à la religion de l'Islam. L'Etat doit à ras-bord être orné de la modernité et la progression, et contrairement à ce que véhiculent les obscurantistes (les extrémistes religieux), l'Islam se conjugue à la perfection en tout temps et toute circonstance. Bourguiba, sans faire dans le chiqué et le mièvre, enseignait le caractère intemporel de la religion de l‘Etat, ce qui était à même d'en concevoir une référence incontournable.
Et le Zaïm avait relevé le défi, non par les paroles, mais par les actes comme il aimait à le dire. Aujourd'hui, et depuis la destitution de Ben Ali, la Tunisie s'est dotée d'un président « élu » qui n'a eu de cesse, dans une complaisance inexpliquée et injustifiée, de fourvoyer l'honneur du pays : l'Etat ! Tout un édifice quasiment annihilé de tant d'incompétences et manque d'égard à la notion et les dispositions de l'Etat. L'anarchie reconquiert les rues et à plus d'une dimension. Les politiques intérieure et étrangère du pays, dans leurs esthétiques défigurées comme jamais, enfoncent davantage l'Etat dans un gouffre inhabituel. Nombreux sont ceux qui clament : il n'y a plus d'Etat en Tunisie. La notion de l'Etat de droit n'existe plus. Cet Etat que Bourguiba a construit au travers d'armes humaines et en déclarant avoir construit « quelque chose de solide » avec, n'est plus qu'épaves à présent. A dire vrai, « le chef de l'Etat », Moncef Marzouki, n'a guère fait mouche, trois ans durant, pour préserver l'Etat et le consolider. Le résident ponctuel de Carthage cherchait tant une entrée dans l'Histoire de la Tunisie, par la grande porte. Au regard de l'effort déployé par Marzouki pour déstabiliser l'Etat et ses rouages, il faudrait un miracle pour ce faire.
Retracer le parcours du Zaïm Bourguiba, enseigne les substances mêmes de la politique et de la gouvernance d'un pays. Préserver le sacré de l'Etat est un ultime bouclier pour intégrer un pays et son peuple dans la sphère de la modernité, la progression et le développement. Le combattant suprême avait légué un précieux héritage pour les prochains présidents de la République. Car, il n'est guère aisé que d'en être un de haute facture, d'imposante envergure, et de grande âme. Bourguiba en était un. Un véritable parangon pour des successeurs qui pourtant n'ont rien conçu jusque là et n'entendent pas le faire. Alors que nous nous affranchissons du devoir d'honorer la mémoire du premier président de la Tunisie, de surcroît, en prétendant avoir chassé un tyran ô combien funeste pour préserver l'Etat et le hisser, nous admirons, tout désarmé que nous sommes, un spectacle des plus désastreux que celui de la destruction de l'Etat par ses tenants.
En ce 111ème anniversaire de Habib Bourguiba, il n'y a qu'un souhait à faire : rebâtir un Etat fort et infrangible. Un Etat dont aucune révolte avec ses débauches, ne pourra avoir raison. Faire honneur à la mémoire de celui qui a libéré la Tunisie du colonisateur français, de celui qui a fondé un Etat et une République modernes, de celui qui se souciait de fédérer tous les Tunisiens, de celui, rare, pour qui l'intérêt suprême de la patrie n'avait rien d'égal, est un devoir national ! Honorons Bourguiba et sa mémoire, et reconstruisons l'Etat de la Tunisie. Yahia Bourguiba ! Nadya B'CHIR


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.